UN MARQUEUR DE CHOIX

DES INFECTIONS SEVERES

 

POURQUOI DOSER LA PCT ?

La procalcitonine (PCT) est un marqueur précoce, sensible et spécifique des infections bactériennes, parasitaires et fongiques sévères. S’agissant des infections bactériennes, elle s’avère plus sensible et plus spécifique que la Protéine C réactive (CRP).

La PCT est une pro-hormone précurseur de la calcitonine, synthétisée par les cellules souches de la thyroïde. Chez les sujets sains, elle est quasiment indétectable dans le plasma. Sa concentration sérique s’élève lors d’épisodes infectieux.

Son dosage est utile pour distinguer une infection bactérienne d’une infection virale et une infection généralisée d’une infection locale. Son étude cinétique permet de suivre l’évolution d’une infection, de déterminer le pronostic d’infections graves, d’évaluer l’efficacité de l’antibiothérapie et d’ajuster sa durée. Le dosage de la PCT contribue ainsi à limiter l’usage des antibiotiques. C’est le marqueur de la phase aigue de l’infection, décelable dés la 4e heure avec un pic entre 6 et 24 heures puis une décroissance.

 

LABINFO 33 Print

LABINFO 33 Tableau

INTERET CLINIQUE DU DOSAGE

 

Chez l’enfant, le dosage de la PCT est conseillé en routine dans les situations suivantes :

– diagnostic d’une infection materno-foetale anténatale chez le nouveau-né de moins de 3 jours ;
– diagnostic précoce d’une infection bactérienne chez le nouveau-né ;
– diagnostic différentiel d’une méningite virale versus bactérienne ;
– prédiction de la survenue de lésions rénales en cas d’infection urinaire fébrile chez un enfant de plus de 3 mois.

Indications chez l’adulte :

– suspicion d’infection respiratoire basse ;
– suspicion de sepsis sans point d’appel ;
– stratification pronostique d’un état septique ;
– ajustement de la durée d’antibiothérapie.

 

 POINTS DE VIGILANCE

Pic physiologique : la PCT est élevée au cours des 48 premières heures de la vie et monte jusqu’à 20 μg/L. Elle atteint les valeurs adultes à partir du 3e jour.
Faux positifs : infections parasitaires et fongiques, cancers (poumons, thyroïde), maladies et syndromes systémiques, premiers jours du polytraumatisé, du grand brûlé ou du nouveau-né, atteintes hépatiques aigües, thyroïdite de De Quervain, traitement immunosuppresseur, choc thermique, arrêt cardiaque.
Faux négatifs : certaines pneumonies communautaires en phase précoce, pneumonies à germe atypiques, tuberculose, brucellose, maladie de Lyme, infections localisées (ex. : abcès des parties molles).
Contre-indications : douleurs abdominales et syndromes appendiculaires pour lesquels le dosage de la Protéine C réactive (CRP) reste plus pertinent.
Conservation : si le dosage est différé au-delà de 4 heures, la congélation du sérum à -20°C est recommandée.

 

 LABINFO 33 Schema